Les rhums arrangés

Les rhums arrangés

Après s’être penché sur l’histoire et les méthodes d’élaboration des rhums infusés et épicés dans notre précédent article, place cette semaine aux rhums arrangés.

Qu’est-ce qu’un rhum arrangé ? Du punch ?

Pas tout à fait. Si dans les deux cas il s’agit d’un rhum agrémenté de fruits, feuilles, graines ou écorces, le rhum arrangé, à la différence du punch, est plutôt destiné à se boire seul à la manière d’un digestif.
Contrairement au punch, où l’on agrémente le rhum de fruits et de jus avant de le boire en long-drink, un rhum arrangé est le résultat d’une longue macération d’ingrédients qui au contact prolongé de l’alcool diffusent leurs arômes et allient leurs saveurs à celle du rhum. Les macérations durent de 1 à 6 mois et parfois même plusieurs années.

D’où viennent les rhums arrangés ?

L’origine semble être attribuable aux marins qui utilisèrent les premiers le rhum comme moyen de conservation des épices et des fruits durant les longs voyages en mer. La coutume s’est ensuite installée dans tous les territoires producteurs de rhums.
Le rhum arrangé est la boisson emblématique de la Réunion, de Madagascar et des Antilles.

Les rhums arrangés Darwinn

Chez vins-françoislurton, nous nous sommes allié aux rhums arrangés de la rhumerie Darwinn qui est né d’un heureux hasard.  
Tout commence en 2016 lorsque Jonathan présente Elizabeth à son grand-père. Ce dernier découvre à cette occasion qu’elle est d’origine Guadeloupéenne de son père et Réunionnaise de sa mère et offre à Elizabeth un vieil ouvrage signé Nicholas Darwinn.
Il s’agissait d’un gros carnet de voyages effectués entre les années 1928 et 1941, dans les quatre coins du globe. Mais c’était surtout une véritable encyclopédie du rhum. Passionné par ce breuvage longtemps méprisé, Nicholas Darwinn aura répertorié dans ce carnet les différentes cultures de la canne a sucre, leurs procédés de distillation, les techniques d’assemblage et de vieillissement. A la Réunion, il découvre une tradition locale : le punch au rhum. Il est en effet répandu sur l’île de faire macérer des fruits et plantes dans le rhum afin que celui ci soit plus agréable à déguster. Devenu grand amateur de cette nouvelle technique, Il y dédie un passage de près de 60 pages de son ouvrage. Recettes, techniques de macération, fiches détaillées des ingrédients utilisés.
Elizabeth et Jonathan s’essayent alors aux recettes inscrites dans le carnet. « Il y avait des choses très intéressantes, d’autres plus expérimentales composées d’ingrédients improbables ! » Il aura fallu près d’un an et demi de tests pour mettre au goût du jour une sélection de recettes. Et sur ces bases, en créer de nouvelles. C’est au bout de cette fastidieuse aventure qu’ils décident de créer la marque Darwinn.

La rhumerie Darwinn propose aujourd’hui des dizaines d’arrangés des plus traditionnels aux plus osés, du classique ananas-vanille au « 911 » qui vous mettra en feu !